A1_20accidentIl y avait beau monde hier, entre 10 heures et 16 heures dans un petit village situé à une vingtaine de kilomètres de Douala sur l'axe reliant Douala à Yaoundé. La fréquence des usagers de cet axe   alternait entre les cris des uns et les pleurs des autres. Que s'est-il passé effectivement à cet endroit ?

Seules les épaves des véhicules accidentés pouvaient répondre à la question que chacun des visiteurs se posaient. Les effets personnels éparpillés ici et là, teintés du sang... Un car d'une compagnie privée de transport venait de percuter de plein fouet un taxi, puis s'est retrouvé dans un ravin.

On dénombre à ce jour 15 morts et de nombreux blessés dont certains grièvement, transportés à l'hôpital général et à l'hôpital Laquintinie de Douala.

Qu'est ce qui expliquerait la fréquence d'accidents de circulation sur cet axe routier ?

Depuis bientôt plus de deux décennies, des séries d’accidents de circulation sur l'axe Yaoundé-Douala font de nombreuses victimes et nous permet de nous interroger sur les causes exactes de ces accidents.

Il apparaît que l'inconscience reste la principale cause; les autorités à travers les contrôles fantaisistes, intéressés des forces de maintien de l'ordre corrompus, l’attribution fantaisiste des permis de conduire d'une part, et les conducteurs d'autre part. 

Depuis vingt six ans, ces deux villes sont reliées par une route de huit mètres de large qui ne répond plus à la densité du trafic, d’où de nombreux accidents de circulation enregistrés chaque année.

Au moment où nous mettions sous presse, un autre accident de circulation est annoncé à Nkongsamba. Nous y reviendrons.

N.S

© Prisma International