ConstitutionNous revenons ce jour  sur quelques cas des pays africains qui ont déjà modifié leur constitution pour répondre à des besoins dont ils sont les seuls à connaître les motivations. Que ce soit en Afrique du Nord, Sud, Est ou Ouest, ces pays ont tous un seul dénominateur commun : « Modifier la constitution pour s’éterniser au pouvoir ». Nous avons sélectionné quelques-uns pour vous

Guinée : En Guinée-Conakry, la constitution a été modifiée 2002 dans l'intention d'autoriser le président Lansana Conté à se représenter, à la fin de son second et dernier mandat aux élections présidentielles.

Tchad : La constitution du Tchad a été modifiée en 2005 et a permis à Monsieur Idriss Déby à se maintenir  au  pouvoir depuis son coup d’État de 1990.

Mauritanie : En Mauritanie, la modification de la constitution en 1991 a permis à Maaouyia Ould Sid’Ahmed Taya de rester au pouvoir de 1984 à son renversement par coup d’État en août 2005.

Burkina Faso : Par un subtil jeu de levée de la limitation du nombre de mandats en 1997, puis de restauration de cette limitation en 2000, Blaise Compaoré est au pouvoir depuis son coup d’État de 1987.

Tunisie :En Tunisie, la constitution a été modifiée également en 2002 pour permettre au président Zine Abidine Ben Ali de se représenter à l'élection présidentielle de 2004 qu’il a remporté par un suffrage avec 94,48 % de voix  exprimées en sa faveur pour un quatrième mandat. Pourtant, lorsqu'il avait destitué en 1987 le premier président tunisien malade, Habib Bourguiba, 84 ans, Ben Ali avait promis de mettre fin à la présidence à vie.

Togo :Au Togo, la constitution a été modifiée en 2003 et a permis à feu Gnassingbé Eyadema de se faire réélire pour un troisième mandat de cinq ans, au terme de 36 années au pouvoir jusqu’à sa mort en 2005

Gabon : Au Gabon, la constitution a été  modifiée en 2003, avec notamment la suppression de la limitation du nombre de mandats présidentiels initialement fixé à deux. Le président en exercice peut maintenant se présenter à l'élection autant de fois qu'il le voudra. 

Ouganda : Modification en 2005 et maintien de Yoweri Museveni au pouvoir depuis sa victoire militaire contre le régime en place en 1986.

Cameroun, avril 2008, imaginez vous-mêmes la suite

© Camer.be : La rédaction