Clarice_Hanssens101108275Le samedi 09 novembre dernier s'est tenue à Bruxelles, capitale des institutions européennes, à l'invitation de la Fondation Moumié une conférence internationale sur le prix Moumié. Au cours de ce grand rendez-vous des Camerounais de la diaspora, les noms des lauréats de l’édition 2008 du Prix Moumié ont été rendus public. Ont été nominés des personnalités telles, Madame Madeleine Afitté, présidente de l’ACAT Littoral, l'Addec, feu Réné Jam Afane, et feu Minkio-Bamba .

Venus du Cameroun, de la France, d’Allemagne et de la Grande Bretagne, les participants ont pris part à une rencontre  qui a duré trois heures. A l’issue des intenses échanges entre le public et les intervenants, la proclamation des noms des lauréats du Prix Moumié, édition 2008 est venue clôturer les débats.

Il est exactement 19 heures précises lorsque plusieurs camerounais vivant à l'étranger et notamment en Belgique se retrouvent au Centre culturel Jacques Brel à Bruxelles. L’ambiance et le décor sont plantés pour la circonstance. En effet, les portraits de Ruben Um Nyobé, Félix Roland Moumié, Ossende Afana, Abel Kingué et autres martyrs  historiques de la lutte pour l'indépendance du Cameroun se côtoient sur les murs de la salle abritant l’évènement.

Pour démarrer la soirée, Les participants auront droit à une projection du documentaire sur l’assassinat du Dr Roland Félix Moumié réalisé par le Suisse Franck Garbely. C’est à l’activiste camerounais Roufaou Oumarou, qui vit en Belgique, que revient le rôle de modérateur et qui en tant que critique politique apportera des éclaircissements aux nombreuses interrogations des invités.

Plusieurs intervenants ont pris la parole au cours du débat, Clarice Hanssens, d’origine camerounaise vivant à Genève a ouvert les débats par la présentation du prix et des ses enjeux. Selon l’administratrice de cette fondation, le prix Moumié vise "à encourager chaque année ceux et celles qui  oeuvrent  pour l’édification des valeurs démocratiques et des droits de l’Homme au Cameroun".

L'exposé de l'activiste anti-Biya bien connu de la diaspora camerounaise Brice Nitcheu, l'un des initiateurs dudit prix, a permis aux invités de comprendre  que celui-ci, en hommage à Félix Roland Moumié, ambitionne d'avoir " un effet-mémoire indéniable pour les populations camerounaises en particulier et africaines en général". Il est revenu  sur le processus de désignation des lauréats du prix à travers l’explication faite sur le contenu d’un formulaire de choix des lauréats qui a été adressé aux organisations de la société civile et politique camerounaise sans oublier certaines personnalités. C'est grâce aux réponses obtenues que le jury indépendant a désigné les principaux lauréats a-t-il précisé.

Prix_Moumie111108275L’universitaire Thierry Amougou, enseignant à l’université de Louvain-la-Neuve, a éclairé l’assistance sur "la  place de  nos héros en tant qu'opérateurs symboliques  dans le processus de l'émancipation du Cameroun et de l'Afrique". Selon ce dernier, les valeurs de nos héros devraient se transmettre à tous les camerounais soucieux de l'avenir de leur pays.

Très applaudi, Ngouo Woungly Massaga, Commandant Kissamba, Vétéran de L’UPC et de l’ALNK s’est penché sur la notion de rassemblement qu'incarnaient nos héros. Il a par ailleurs profité de l'occasion qui lui a été offerte pour féliciter la fondation Moumié tout en exhortant les camerounais à s'unir pour impulser le changement au Cameroun. Selon l'invité spécial du jour, poursuivre l'oeuvre de Moumié c'est combattre le régime en place sur tous les plans. Le commandant Kissamba qui vit au Cameroun depuis son retour d’exil en 1990 a expliqué à l'assistance que le Cameroun à l'heure actuelle "souffrant, agonisant" a besoin des hommes d'actions comme Moumié et que l'heure n'est plus à la diversion".

Clarice Hanssens, la présidente de la fondation a enfin ouvert solennellement l'enveloppe envoyée par les jurys. Elle a ainsi annoncé à la surprise générale que Mme Madeleine Afitté, l'Addec, feu Réné Jam Afane, feu Minkio-Bamba sont les lauréats de l’édition 2008 du prix Moumié. Ceux ci seront récompensés à Genève en Mai 2009. Les deux personnalités ont été choisies par un jury composé de 20 membres. "Ce sont leurs efforts de lutte et de défense des droits de l’Homme au Cameroun qui sont ainsi récompensés’’ a-t-elle précisé. Les feus Réné Jam Afane et Minkio-Bamba ont reçu leur récompense spéciale de la fondation à titre posthume pour récompenser leur génie et leur créativité dans la composition des strophes de l'hymne national du Cameroun.

Le montant de la récompense n’a pas été dévoilé. Cette deuxième édition du prix Moumié intervient après celle de 2007 qui avait été octroyé à Mboua Massok à Génève l'année dernière.

Cette conférence a eu lieu au moment où dans une  mise au point sur l'attribution du prix Moumié, René Emeh Elong et Franklin Nyamsi, deux upécistes établis en France dénoncent en effet une espèce « d'escroquerie »  car la fondation Moumié  s'est associée à Woungly-Massaga pour organiser cette conférence de Bruxelles sur la désignation des lauréats du prix Moumié, édition 2008.

La conférence s'est achevée ce samedi soir à une heure tardive par une réunion des organisateurs à huis clos sur la définition des nouvelles stratégies d'actions envers nos différents héros. Ils ont, disent-t-ils pris l'engagement de se tenir aux cotés des épouses des héros camerounais disparus afin d'intensifier des actions relatives à leur réhabilitation.

© Camer.be : Hugues SEUMO