Jacob_Zuma090509200Jacob Zuma a prêté serment ce samedi 9 mai 2009 comme nouveau président de la République Sud Africaine. Il s’est engagé à respecter l'esprit de "réconciliation" du premier président noir du pays Nelson Mandela, présent aux festivités.Jacob Zuma, a été élu mercredi dernier par le parlement après la victoire sans appel de son parti, le Congrès national africain (ANC), aux législatives du 22 avril dernier. Selon des observateurs de la scène politique sud africaine, cette élection couronne un retour en force exceptionnel après huit ans de démêlés judiciaires face à des accusations de corruption.

Au cours de son investiture, il a promis de suivre l'héritage du prix Nobel de la paix, M. Mandela, qui, à 90 ans et malgré sa santé chancelante, avait fait le déplacement.

M. Mandela "a fait de la réconciliation le thème central de son mandat (1994-1999). Nous ne dévierons pas de cette tâche de construction de la nation" arc-en-ciel, a assuré M. Zuma dans son discours de circonstance."Merci Madiba de nous avoir montré la voie", a-t-il lancé, en reprenant le nom de clan de M. Mandela.

Jacob Zuma, né le 12 avril 1942, issu de l'ethnie Zoulou et  autodidacte, adhère à l'ANC à l’âge de 17 ans. Quatre ans plus tard, il rejoint la branche armée du mouvement clandestin.

Mais alors qu'il cherche à gagner la Zambie pour suivre un entraînement militaire, il est arrêté et condamné à dix ans de prison à Robben Island, au large du Cap, où il est détenu aux côtés de Nelson Mandela.

Il a 21 ans, se forme, apprend à lire et écrire. Après sa libération en 1973, ce sera la clandestinité et l'exil. Il gravit les échelons politiques, devient le chef du service de renseignement de l'ANC jusqu'au démantèlement du racisme d'Etat en 1990, qui signe la fin de l'apartheid.
 
Membre de l'aile gauche du Congrès national africain (ANC), il est vice-président de la République d'Afrique du Sud d'avril 1999 à juin 2005 et succède à la tête du Congrès national africain (ANC) au président Thabo Mbeki lors du congrès du parti en décembre 2007.

Jacob Zuma est très populaire auprès des militants de l'ANC. En mai 2008, le Time le classe huitième sur sa liste des cent personnes les plus influentes au monde.

Jacob Zuma est à ce jour le quatrième président de la "nation arc-en-ciel". Au lendemain de son élection par le parlement sud africain, il avait affirmé lors d'un discours que sa priorité la plus immédiate est de "relever avec détermination les défis découlant du ralentissement économique mondial".

Il a promis de rétablir la justice sociale et de se battre contre la pauvreté, la corruption, la criminalité qui gangrène le pays et le fléau du sida. La plupart de ses partisans viennent des "Townships" noirs des environs de Johannesburg, rappel des inégalités qui persistent dans l'Afrique du Sud de l'après-apartheid.

La prestation de serment de Jacob Zuma de ce jour en tant que président de la république sud africaine constitue un couronnement pour lui qui effectue un retour en force exceptionnel huit ans après des démêlés judiciaires pour des accusations de corruption.

Hugues SEUMO