Brice_Nitcheu200709500Monsieur le Maire, vous venez de vous rendre complice de détournement de deniers publics et de recel, en offrant au dictateur Camerounais Paul Biya le cadre approprié pour dilapider l’argent volé dans les caisses publiques du Cameroun. Il s’agit là de toute évidence d’un crime prémédité, d’autant qu’en votre qualité de Maire UMP de votre ville, vous étiez parfaitement au courant de l’octroi par la France, il y a seulement quelques jours,  d’un prêt d’environ 530 millions d’Euros au Cameroun dans le cadre des accords de coopération économique.

Vous avez non seulement offert à Paul Biya et son à épouse la possibilité de dilapider l’argent des Camerounais, mais en guise de reconnaissance pour service rendu à votre ville par ce clan, vous l’avez décoré de la Médaille de la Ville de La Baule, que vous n’avez pas hésité à accompagner du titre alléchant de « Nouveau Résident Secondaire », tout flatteur vivant au dépend de celui qui l’écoute

Monsieur le Maire

Sur les 530 millions de prêt accordé au Cameroun pendant la visite de Paul Biya en France, visite que ce dernier célèbre comme un « grand succès », plus d’un million d’euros ont été dépensés dans votre ville, en l’espace de 3 semaines seulement.

Pour un prêt donc le remboursement a été échelonné sur cinq ans, au rythme ou cet argent est dilapidé pour assouvir la folie des grandeurs d’un couple qui ne recule devant aucun excès, il est clair que le Peuple Camerounais se verra obligé de rembourser une somme qui n’a servi qu’à organiser des orgies hexagonales à la Caligula

Vous connaissez sans doute l’histoire de Ferdinand et Imelda Marcos, ce couple infernal qui a régné sans pitié sur les Philippines, et donc le goût immodéré pour la luxure a mis ce pays à genoux et a choqué le monde. La triste fin de leur règne ne vous a pas échappé sans doute non plus.

Vous connaissez aussi, sans aucun doute, l’histoire de Jean-Claude Duvalier (Bébé Doc), piètre et ignoble dictateur de Haiti, qui s’est servi des richesses de son pays pour se livrer, avec son épouse Michelle, à toutes les folies imaginables et inimaginables.

Plus proche de nous, vous connaissez Mobutu Sese Seko, redoutable dictateur du Congo qui a ruiné ce grand pays, et s’est comporté durant tout son règne comme un dieu qui avait le droit de vie et de mort sur le peuple Congolais

Aujourd’hui, la dépouille de Marcos, mort en 1989, traîne toujours dans le déshonneur, après avoir erré partout. Duvalier, que l’épouse a abandonné dans la pauvreté après avoir tout dilapidé, souffre les affres d’un exil rude en France.

Mobutu a quitté le Congo comme une paria, et est enterré dans une motte de terre offerte par pitié par le Maroc.

L’histoire retiendra Monsieur le Maire, que la France a soutenu tous ces criminels, autant que vous supportez et décorez Paul Biya aujourd’hui. Votre pays est resté sourd, aveugle et impassible face aux douleurs infligées à leurs peuples par ces tyrans. Votre soutien a-t-il empêché la chute de ces monstres, et le déshonneur qui les a suivi jusque dans leurs tombes ?

Il arrive des moments dans l’histoire des Peuples opprimés ou un  ultime sursaut met brutalement fin aux régimes qui les oppressent. C’est à ce sursaut que le Peuple Camerounais se prépare aujourd’hui. Quand le moment viendra, votre pays ne pourra rien faire pour sauver Paul Biya et son régime. Ce que vous avez fait répond aux principes de la recherche du gain. Mais, ce faisant, votre ville, déjà très riche, a dépouillé un pays pauvre très endetté d’une partie du prêt que votre pays lui a accordé. Monsieur le Maire, c’est  indécent, immoral, irresponsable et inacceptable.

Les Camerounais sont curieux de savoir ce que veut dire « Nouveau Résident Secondaire » titre que vous venez d’attribuer à un tyran que vos propres journaux et organisations  considèrent comme un détourneur de fonds, un assassin, un oisif et un absentéiste notoire. Sans doute, souhaiteriez-vous qu’il revienne souvent à La Baule, peut-être même qu’il y élise domicile, au détriment de l’Intercontinental à Genève ou il commence à se sentir traqué.

Monsieur le Maire, au moment ou je vous écris cette lettre, le Cameroun a été durement frappé par deux incidents majeurs, qui ont coûté la vie à plusieurs compatriotes, qui se battaient pour la survie au moment où ils ont été fauchés par la mort, causé par le déraillement de deux trains, en l’espace de quelques jours. L’ampleur du désastre est tel que, tout chef d’Etat responsable devrait s’en émouvoir, rentrer dans son pays s’il était absent, et donner des instructions pour le suivi des  blessés, l’aide aux familles des victimes et les enquêtes. Mais pendant que des centaines de victimes se battent contre la mort faute de soins, Paul Biya dilapide sans compter, et vous affichez un sourire provocateur aux cotés d’un détourneur de fonds, qui vous le rend si bien.

Monsieur le Maire, le Peuple Camerounais en a assez des provocations des dirigeants de votre pays. Nous vous mettons en garde ici : Nous n’accepterons plus. Vous êtes libre de comprendre cette mise en garde de la manière dont vous voulez. Vos agissements nous confortent chaque jour d’avantage dans la conviction que seule une insurrection populaire viendra à bout de ce régime criminel, crapule et corrompu que vous défendez. Les Camerounais s’y préparent doucement, mais sûrement

Avec nos salutations respectueuses

Brice Nitcheu, Secrétaire Exécutif du Code