stephen-paddock (1)

Daech a revendiqué l'attaque commise à Las Vegas, dimanche 1er octobre . Pourtant,selon la police américaine, le profil de l'assaillant et son mode opératoire sèment le doute sur la communication de l'organisation terroriste.

L’homme est sexagénaire, natif américain. Blanc, ancien comptable de profession et retraité. Il a fait au moins 59 morts et plus de 500 blessés dimanche soir dans une fusillade à Las Vegas.

Quelques heures plus tard, hier lundi, Daech a revendiqué l'attaque qu'il a perpétrée. Le mode opératoire, le casier judiciaire vierge et la situation financière de l'assaillant sèment le doute selon des experts sur la crédibilité de la revendication de Daech.

L’attaque peut-elle tout de même être qualifiée de "dhjiadiste", commise au nom d’Allah ? Ou faut-il ne pas croire Daech ? "A ce stade, il faut être extrêmement prudent", prévient sur LCI Jean-Charles Brizard, président du Centre d'analyse du terrorisme. Mais lui aussi se dit "sceptique" sur d'éventuels rapports entre cet individu et l’organisation islamique. Et avance plusieurs raisons. D’abord le profil de l'homme, et notamment son âge, "qui ne correspond pas du tout au profil des djihadistes". "On a déjà eu sur zone, en Irak ou en Syrie, des attaques avec des individus de cet âge, mais jamais dans les attentats occidentaux, jamais."

Autre élément qui fait douter, le mode opératoire de l’attaque. Le tueur s’était perché au 32e étage de l’hôtel Mandala Bay, un massif établissement visible de tout Las Vegas, en haut duquel il avait une vue imprenable sur le festival de country Route 91 Harvest et ses 22.000 spectateurs, qu’il a arrosés de balles de sa fenêtre, semant la terreur. "Cela ne correspond en rien au mode opératoire de Daech", estime Jean-Charles Brizard. "Le fait que l’individu se soit suicidé est aux antipodes de ce qui est préconisé par le mouvement, qui est plutôt de mourir les armes à la main." Pas tellement raccord, donc, avec la position de surplomb choisie par le tueur. Pour l'expert, d’après ce que l’on sait, cela ne ressemble pas non plus à l’approche générale des "revendications de l’Etat islamique."

Évoquant le tueur de Las Vegas, Shiraz Maher, expert en radicalisation islamiste au King's College de Londres, a affirmé quant à lui aux médias américains que "si Stephen Paddock, 64 ans est un converti et a été en contact avec l'EI, quelqu'un le saura. Des amis, des parents, les forces de l'ordre devront faire la lumière là-dessus".

Selon Christophe Andries,chercheur à l'université de Gent en Belgique,approché par la rédaction d'AfrikActuelle.com, il affirme que l'âge de l'assaillant, 64 ans n'est pas favorable pour Daech qui, jusqu'ici n'utilise que les jeunes de moins de 40 ans. Il conclu ses propos en affirmant que Daech aurait improvisé cette revendication.

Stephen Paddock, habitait la ville de Mesquite, 18.000 habitants, située à quelque 120 kilomètres de Las Vegas, toujours dans le Nevada. Il était arrivé au Mandalay Bay le 28 septembre, et y a apporté lui-même les armes, a déclaré le shérif, sans que le personnel de l'hôtel n'ait rien remarqué. A l'aide d'un outil comme un marteau, il a brisé les vitres de la chambre pour pouvoir mieux tirer.

Le shérif a déclaré que l'homme s'est suicidé avant que les unités d'intervention de la police ne pénètrent de force dans sa chambre. Plus de dix fusils y ont été retrouvés.

H.S