Biya_Irene060418600

Quelle est la marque des 35 années passées par Paul Biya au pouvoir au Cameroun ? Il est difficile de dresser un bilan en quelques lignes. Mais, une chose est sûre et certaine, ces années n'ont pas été un long fleuve tranquille. Selon M Ewane, politologue camerounais de Londres, en 35 ans, Paul Biya n'a pas véritablement eu le temps d'asseoir sa politique, il a profité de la faiblesse de ceux qui prétendent à son pouvoir pour mieux s'accrocher". Revisitons les multiples embûches qui ont jalloné le parcours de l'homme du 6 novembre au Cameroun de 1983 à 2008.

22 aout 1983 : Dénonciation par le président Biya d'un complot contre l'Etat du Cameroun.

28 février 1884 : La condamnation à mort de Ahmadou Ahidjo, Ibrahim Oumarou, Salatou Adamou est prononcée. Ils seront par la suite graciés. Ce qui va engager la thèse de l'acharnement contre le Nord-Cameroun

6 avril 1984 : Tentative d'un Coup d'Etat manqué mené par la Garde républicaine

10 avril 1984 : Discours du président Biya rassurant le peuple de la prise en main de la situation

11 avril 1984 : Paul Biya dissout par décret, la Garde républicaine

12 avril 1984 : Le bilan officiel du coup d'Eta est rendu public (70 morts dont 4 civils et 8 soldats loyalistes, 52 blessés, 265 gendarmes disparus, 1053 arrestations)

27 avril 1984 : Ouverture du procès des putschistes à huis clos au Tribunal militaire. Sur les 1053, seulement 436 prévenus

1er mai 1984 : Premières exécutions à Mbalmayo à quelques centaines de mètres du quartier dit Mécanicien, non loin de la nationale Mbalmayo- Ebolowa

15 mai 1984 : Deuxième vague d'exécutions à Mfou

17 janvier 1991 : Loi d'amnistie des infractions et condamnations politiques

1992- Rétrocession des biens de quelques putschistes sortis de prison

9 mars 2007 : Rétrocession à Mokolo des concessions à la famille de Issa Adoum et à Maroua de Hamadou Adji

1er février 2008 : Décret portant revalorisation des pensions des officiers putschistes.