16-09-10

Cameroun,Le Président Paul Biya, lui, a trouvé sa voie : celle de mourir au pouvoir

28 ans de pouvoir, englués dans cinquante ans d’indépendance au terme desquels, comme toujours, le Cameroun cherche encore sa voie. Une voie qui, dans la perspective libérale, ne peut déboucher que sur le boulevard de l'échec et de l'immobilisme. Pendant ce temps, avec «une insouciance sautillante et parfumée», les camerounais, par leur comportement, donnent raison à Réné Dumont, cet ingénieur agronome français qui dans les années soixantes disait déjà que l'Afrique noire est mal partie, selon qui, «les dirigeants africains confondent... [Lire la suite]
Posté par seumo à 00:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

13-09-10

Cameroun, Paul Biya, Discours du 11 février: Encore une énième promesse

Lors de son discours du 10 février à l'occasion de la fête de la jeunesse, le chef de l'État Camerounais, Paul Biya, a une énième fois promis des mesures en faveur de l'emploi des jeunes. Des propositions somme toutes discutables voire inapplicables.77% de la population camerounaise a moins de 35 ans. 35% de la population a entre 15 et 35 ans. L’encadrement de la jeunesse est donc une question vitale pour le Cameroun, du moins si les autorités prennent très au sérieux le caractère de bombe à retardement que constitue ainsi la grande... [Lire la suite]
11-09-10

Cameroun, Départ de Paul Biya: Le CODE appelle à l'insurrection populaire

Ils se croyaient invincibles et se prenaient pour Dieu. Ils ont été défaits par leurs Peuples.  Aucun dictateur n'a jamais vaincu le Peuple. Après Samuel Doé du Liberia, Mobutu au Zaïre, Moussa Traoré du Mali, Mamadou Tandja au Niger, Ben Ali en Tunisie, et actuellement Mubarak en Egypte.... Paul Biya du Cameroun, c'est tour de dégager. Message important du CODE. Aux "Ben Skineurs" ou conducteurs de motos taxi, Taximen, Bayam Sellam, élèves et étudiants, syndicats, commerçants, sauveteurs, artistes, hommes d'affaires et... [Lire la suite]
08-09-10

Cameroun, Injustice: Retour sur l'affaire Paul Eric Kinguè

Tout allait bien, dans la commune de Njombé-Penja au Cameroun dont il était le maire. Les habitants étaient de petits producteurs de bananes. Puis les Autorités ont passé un accord avec une grosse firme française. Les paysans ont été expropriés et engagés comme ouvriers agricoles par cette société, au salaire minimum, pour faire de la culture intensive. Résultat, ces petites gens ne gagnent plus assez pour pouvoir acheter les bananes qu’ils cultivent. P.E.Kinguè a eu l’audace de demander à cette grosse société de payer les impôts... [Lire la suite]
03-09-10

Lettre aux partis politiques de l'opposition camerounaise

Dans un contexte troublé, où les rumeurs de complot bruissent au Cameroun au sujet d'Elecam, et où s’agitent  des acteurs d'Elecam qui pour nous est "illégal", il devient de plus en plus urgent dans les principes du droit administratif et du contentieux administratif  de saisir la haute juridiction importante qui n'est autre que la Cour Suprême du Cameroun, afin qu'elle annule toutes les opérations engagées jusqu'ici par cette institution qui a pour charge d'organiser les élections au Cameroun. Selon l'ordonnance... [Lire la suite]
Posté par seumo à 13:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
03-09-10

Cameroun: C’est Biya le problème !

Le chef de l’Etat camerounais a évincé mardi dernier deux de ses proches à la police et aux renseignements. Ils auraient failli à leurs tâches dans des secteurs névralgiques dans un régime dominé par l’autocratie et hanté par la peur du complot. Or, récemment, le Cameroun a été ébranlé par des affaires de cambriolages et des rumeurs de coup d’Etat. Aussi a-t-on décidé de renforcer la sécurité intérieure. Mais ces craintes étaient-elles fondées ? Ne s’agirait-il pas plutôt d’une traque déguisée de personnalités encombrantes ? Lire... [Lire la suite]
Posté par seumo à 11:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01-09-10

Bruxelles: Les marchands de sommeil deviennent de plus en nombreux.

A la lecture des affiches annonçant la location d'un appartement ou d'un kot à Bruxelles, l'on s'aperçoit avec une méticulosité particulière, que certains propriétaires d'immeubles insalubres les louent à des prix exorbitants dans l'impunité la plus complète.Ces logements insalubres ne sont en en réalité que des gouffres en déraillements sur les plans administratif, juridique, social et financier. Lire l'article
Posté par seumo à 22:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31-08-10

Cameroun : Pétition du CODE pour l'alternance en 2011 au Cameroun. Paul Biya must step down in 2011

Le Peuple Camerounais, à travers sa jeunesse, a dit NON de façon claire, à travers un soulèvement populaire lancé en février 2008,à toute tentative de modifier la Constitution du Cameroun par Paul Biya. La réaction de Paul Biya constitue un crime contre l'humanité. Plus de 100 jeunes ont été exécutés, parfois de façon sommaire, et plus de 2000 ont été arrêtés et jetés dans les geôles infestes du Renouveau. Certains ont écopés jusqu'a 15 ans de prison, puis libérés sous pression des Ong internationale et de la communauté... [Lire la suite]
Posté par seumo à 13:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
28-08-10

Epidémie de choléra dans le septentrion du Cameroun, les centaines de personnes décédées nous interpellent

La société camerounaise va mal, dit-on. La crise, présente dans tous les secteurs de la vie sociale, économique et politique, est devenue le lot quotidien. En fait, y a-t-il une vie au Cameroun au-delà de la crise sanitaire ? Malaise et tensions sociales, paupérisation insidieuse, insoutenable inconfort de la vie en ville et en campagne, gestion aberrante des ressources naturelles … Le Cameroun est fortement touché par une épidémie de choléra dans le nord du pays. Les autorités recensent déjà  plus de 200 morts, le plus lourd... [Lire la suite]
Posté par seumo à 01:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23-08-10

Burkina Faso, Blaise Compaoré au Palais des Sports: Comme les dieux du stade, il faut savoir partir

En marge du Sommet franco-africain de Nice, en juin dernier, le Président du Faso, Blaise Compaoré, a été l’invité de la Télévision France 24. Et à la question du journaliste à savoir s’il est candidat à la présidentielle de 2010, l’enfant de Ziniaré a répondu sans ambages : « oui ». Sous d’autres cieux, cette déclaration aurait fait un tollé au sein du parti au pouvoir, car il est inhabituel, voire inadmissible, d’annoncer sa candidature à l’extérieur alors que la formation politique dont il porte les couleurs ne l’a pas encore... [Lire la suite]
Posté par seumo à 07:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]